l’inégalité de traitement tue le travail.


les salariés et les cadres soufrent d’une inégalité sauvage.

Pour avoir un bon poste et un bon salaire ; faut-il travailler dure ?
En principe oui , mais en réalité malheureusement c’est autres choses qui fait
qu’un jeune recruté(e) touche plus que d’autres salariés de la même qualification.
La loi marocaine a interdit ce comportement, le problème c’est que les salariés
ne peuvent pas se manifester, et demander leurs droits comme prévu par le code de travail marocain.
Est également interdite à l’encontre des salariés, toute discrimination fondée sur
la race, la couleur, le sexe, le handicap, la situation conjugale, la religion, l’opinion
politique, l’affiliation syndicale, l’ascendance nationale ou l’origine sociale, ayant pour
effet de violer ou d’altérer le principe d’égalité des chances ou de traitement sur un pied
d’égalité en matière d’emploi ou d’exercice d’une profession, notamment, en ce qui
concerne l’embauchage, la conduite et la répartition du travail, la formation
professionnelle, le salaire, l’avancement, l’octroi des avantages sociaux, les mesures
disciplinaires et le licenciement.
Il découle notamment des dispositions précédentes :
1° le droit pour la femme de conclure un contrat de travail ;
2° l’interdiction de toute mesure discriminatoire fondée sur l’affiliation ou l’activité
syndicale des salariés ;
3° le droit de la femme mariée ou non, d’adhérer à un syndicat professionnel et
de participer à son administration et à sa gestion.

Le principe d’égalité est un principe constitutionnel .

le principe d’égalité interdit de traiter de manière différente des salarié qui ont
des situations comparables, à moins que la différenciation ne soit objectivement justifiée .
Il appartient au salarié qui invoque une atteinte au principe d’égalité de rémunération,
de soumettre au juge des éléments de fait susceptibles de caractériser une inégalité de traitement,
à charge pour son employeur de rapporter la preuve d’éléments objectifs justifiant cette différence ;
Un employeur ne peut pas verser un complément de salaire à un salarié et priver un autre de même qualification de poste.
Selon le principe « un travail égal,un salaire égal », un salarié exerçant les mêmes fonctions
(notamment même coefficient, même qualification) qu’un autre salarié doit bénéficier du même salaire.
L’employeur est tenu d’assurer l’égalité de rémunération entre les salariés dès lors qu’ils sont placés dans une situation identique.
Ce principe vaut pour le salaire de base mais également pour les primes et les avantages.
Si cette preuve n’est pas rapportée, l’employeur doit verser un rappel de salaire.

Maitre Abdelrhani Nkaira

Avocat au Barreau de Casablanca

Agréé à la cour de cassation

▶️linkedin

▶️Facebook

▶️Twitter

🌐Site web

====Consultations par téléphone====

☎️: 212 522 260 432

📲 :212 662 128 738

📠:212 522 474 961

📧email: 👉cankaira@gmail.com

👉contact@nkairalawfirm.com

🏛Adresse :5 av des FAR Casablanca🇲🇦 .

🌍google Maps

====Articles en droit de travail====

AUTHOR: maitre
No Comments

Leave a Comment

Your email address will not be published.