Droit du travail

le salarié étranger au Maroc est toujours en CDD: Le contrat à durée déterminée prend fin pour plusieurs causes dont la volonté de l'une des parties d'y mettre fin unilatéralement avant l'expiration de sa durée lorsqu'il a des motifs justifiant cette résiliation. Les contrats de travail conclus avec des étrangers sont régis par le dahir du 15 novembre 1934 et ont une durée limitée qui prend fin à l'expiration de la durée pour laquelle ils ont été conclus. Ils conservent ce caractère même dans le cas où ils auraient été renouvelés à l'expiration de la durée autorisée, et chaque période est indépendante de celle qui l'a précédée. La coure d’appel social de Casablanca Arrêt n° 3499 du 05/04/2004Dossier N° 3481/2002. le salarié étranger au Maroc n' est pas couvert par le code de travail: Le détachement est une mesure temporaire et par nature révocable. Chaque partie peut y mettre fin, à tout moment, même avant...

Read MoreRead More

le salarié étranger au Maroc :code de travail/ Cabinet d'avocat NKAIRA résumé des faits: Cour de cassation Arrêt n° : 1497 du 27/10/2011 Dossier N° 1314/5/1/2010 un salarié étranger cadre d'une entreprise (la SNI) depuis 1995, a été affecté par cette dernière à une autre entreprise où il a été nommé directeur général en 2000. Lorsqu'il a été mis fin à ses fonctions dans la deuxième société (l'attaquante) en 2003, il intentât une action en dommages intérêts pour licenciement abusif.Le tribunal a fait droit à sa demande par un jugement dont appel a été interjeté par les deux parties.La cour d'appel a rendu un arrêt par lequel elle réformât le jugement, en augmentant les dommages-intérêts jugés en faveur du demandeur.La société s'est pourvue en cassation contre cet arrêt, en invoquant comme moyen de cassation :que la cour a considéré, à tort, que le contrat liant le défendeur au pourvoi à la SNI...

Read MoreRead More

L’obligation légal et la clause contractuelle de non concurrence : La clause de non concurrence dans le domaine du travail, veut dire que le salarié à une obligation de ne pas concurrencer son employeur. Cette obligation née de la loi, car le fait de travailler avec une entreprise implique une obligation directe du salarier de s’interdire tout comportement qui peut représenter un acte de concurrence déloyal . Dans ce sens la cour de cassation marocaine a considéré que: " En créant une société concurrente ayant la même activité que celle de l'employeur, le salarié a contrevenu au contrat de travail, où il s'est engagé formellement à s'abstenir de le faire, et à ne pas user des moyens, informations et styles propres à son employeur, violant ainsi son engagement. Il s'agit là d'une faute grave justifiant son licenciement." L a Cour Suprême Arrêt n° 330Dossier n° 83853 Arrêt n° 330 du 22/08/1980 L’employé à une obligation de fidélité...

Read MoreRead More

le délai de préavis : les parties d’un contrat de travail sont tenu de ne pas résilier le contrat unilatéralement, sauf dans le cas d’une faute grave, sans prévenir l’autre partie du contrat dans un délai raisonnable pour permettre à l’autre partie de ce préparer pour le remplacer ou de trouver un emploi. Les deux parties doivent respecter un délai de préavis. cet interdiction est cité dans l’article 43 du code de travail marocain , qui stipule que : « La rupture unilatérale du contrat de travail à durée indéterminée est subordonnée, en l'absence de faute grave de l'autre partie, au respect du délai de préavis. Le délai et la durée du préavis sont réglementés par les textes législatifs et réglementaires, le contrat de travail, la convention collective de travail, le règlement intérieur ou les usages. Est nulle de plein droit toute clause du contrat du travail, de la convention collective de travail, du règlement intérieur ou des usages fixant un délai...

Read MoreRead More

[vc_row row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" text_align="left" box_shadow_on_row="no"][vc_column][vc_column_text] Pour calculer les indemnités en cas de licenciement abusif ,il est incontestable que le salaire brut est le montant servant de base pour le calcul de tout droit reconnu. En plus de la prime d’ancienneté, tous les avantages en espèces entrent en ligne de compte pour le calcul du salaire. Le droit de résiliation doit, comme tous les droits, être pratiqué sans abus. Les indemnités de licenciement sont calculées sur la base du salaire perçu pendant les 52 dernières semaines et de la durée de travail passée au service de l’employeur. S’agit-il du salaire brut ou net ? Les primes, les gratifications, la mise à disposition d’une voiture, d’un logement, etc., entrent-elles en ligne de compte pour le calcul du salaire ? Et la durée de travail, comment la calculer ? Faut-il que le travail soit effectif ? Si oui, les périodes de repos des femmes en couches, de congé annuel, de maladie, etc.,...

Read MoreRead More

LA CHARGE DE PREUVE: Dans une procédure de conflit de travail , souvent les parties ; l'employeur et l'employé se confrontent à un cas de dépare volontaire . chaque partie essaie de justifier qu'il n' été pas à l'origine de la résiliation du contrat de travail . un salarié n'a pas besoin pour prouver son licenciement d'un document écrit qui mentionne  qu'il est licencié   . un simple acte de son employeur dont il  exprime sa volonté qu'il ne veut plus de lui dans son entreprise ,ou acte cité par l'article 40 du code de travail faute grave de l'employeur vaut licenciement abusif . un salarié en face une tel situation ,il va quitté l'entreprise ,se fait peut être considéré par l'employeur comme dépare volontaire non justifié  qui peut être sanctionné par un licenciement . dans ce cas le juge applique les règle de preuves dans la matière social , qui fait que le juge regarde...

Read MoreRead More

Licenciement - Licenciement abusif - Départ volontaire du salarié - Absence de preuve Résumé :  Il est apparu à la Cour que l'employeur n'a pas été en mesure de prouver le départ volontaire du salarié. Il en résulte que sa manière d'avoir mis fin à la relation de travail demeure abusive. Cour d'Appel de CasablancaJugement n° 9464Dossier Social n° 1828/2001L'AFFAIREVu la requête d'appel formée par la société N. en date du 21/11/2000, par laquelle elle interjette appel du jugement rendu le 10/02/2000, ayant décidé de la condamner au paiement d'indemnités relatives au licenciement abusif.Attendu qu'il ressort des pièces du dossier et du jugement de première instance, que le demandeur a introduit une requête, exposant qu'il a commencé à travailler pour la défenderesse depuis le 01/02/1991, jusqu'à son licenciement injustifié en date du 19/10/1999. Sollicitant de juger en sa faveur d'indemnités diverses relatives au licenciement abusif.Après échec de la tentative de conciliation...

Read MoreRead More

Licenciement - Licenciement abusif - Licenciement économique - Fermeture d'une entreprise pour des raisons économiques - Autorisation du gouverneur-code de travail marocain. Résumé :  Si le Décret Royal du 14/08/1967 prescrit que la fermeture partielle ou totale pour raisons économiques est subordonnée à l'autorisation du Gouverneur, et que ce dernier est tenu de répondre à la demande de fermeture dans un délai de 3 mois, à peine de considérer que l'autorisation est accordée, il n'y a rien dans le dossier qui établisse que le Gouverneur a bien reçu la demande en question. Par ailleurs, considérant le courrier du Gouverneur du 02/02/2002, il s'avère qu'il subordonne l'autorisation de fermeture au redressement de la situation des salariés, ce qui n'a pas été le cas pour le demandeur, qui a rejeté les propositions de l'employeur, suivant le procès-verbal de l'inspection du travail. Sans compter que la décision de fermeture a été prise et...

Read MoreRead More

  التعويض عن الساعات الإضافية من خلال مدونة الشغل المغربية تنص المادة 184 من المدونة على أنه : **تحدد في النشاطات غير الفلاحية مدة الشغل العادية المقررة للأجراء في 2288 ساعة في السنة أو 44 ساعة في الأسبوع. يمكن توزيع المدة السنوية الإجمالية للشغل على السنة حسب حاجيات المقاولة شريطة ألا تتجاوز مدة العمل العادية عشر ساعات في اليوم مع مراعاة الاستثناءات المشار إليها في المواد 189 و190 و192. تحدد مدة الشغل العادية في النشاطات الفلاحية في 2496 ساعة في السنة، وتجزأ على فترات، حسب المتطلبات الضرورية للمزروعات، وفق مدد يومية، تتولى السلطة الحكومية المختصة تحديدها، بعد استشارة المنظمات المهنية للمشغلين والمنظمات النقابية للأجراء الأكثر تمثيلا. لا يترتب أي تخفيض من الأجر عند تقليص مدة الشغل في القطاعات غير الفلاحية من 2496 إلى 2288 ساعة، وفي القطاع الفلاحي من 2700 إلى 2496 ساعة في السنة. وستحدد الإجراءات التطبيقية لهذه المادة بنص تنظيمي، بعد استشارة المنظمات المهنية للمشغلين والمنظمات النقابية للأجراء الأكثر تمثيلا.** إن اللجوء إلى تطبيق نظام الساعات...

Read MoreRead More

Décret n° 2-04-422 du 16 kaada 1425 (29 décembre 2004) fixant les mentions que doit comporter la carte de travail. Le premier Ministre, Vu la loi n° 65-99 relative au code du travail, promulguée par le dahir n° 1-03-194 du 14 rejeb 1424 (11 septembre 2003), notamment son article 23 ; Après examen par le conseil des ministres réuni le 9 kaada 1425 (22décembre 2004). Décrète : Article premier : la carte de travail doit comporter les mentions suivantes : - la raison sociale de l’établissement ou les nom et prénom de l’employeur ; - le numéro d’affiliation à la Caisse nationale de sécurité sociale ; - le siège social de l’entreprise ou l’adresse de l’employeur ; - les nom et prénom, la date de naissance, la date d’entrée en fonction, la fonction, le montant du salaire et le numéro d’immatriculation à la caisse nationale de sécurité sociale du salarié ; - la dénomination de la compagnie d’assurances. Art 2 : Le ministre de l’emploi et de la...

Read MoreRead More