accident de circulation

En 2008, le Maroc a dénombré 64.715 accidents de la circulation qui ont fait 4.162 morts, 12.406 blessés graves et 85.915 blessés légers, soit une hausse de plus de 8 pc de tués par rapport à 2007, ont-ils rappelé lors de ces journées organisées par l’Association des Médecins de Taza, sous le thème « Les accidents de la voie publique: Réalités et perspectives ».

Les accidents de la circulation, avec une moyenne de 10 morts et 140 blessés par jour, coûtent au Maroc plus de 11 milliards de dirhams par an, soit 2,5 pc de son PIB, ont déploré des médecins et urgentistes en conclave, les 29 et 30 mai, à Taza dans le cadre des 7è journées médicales de la ville.

Ces chiffres placent le Maroc à la tête des pays qui enregistrent des milliers de morts provoqués par les accidents de la route, ont-ils indiqué.Pour le président de l’Association des médecins de Taza, le Dr Sadik, le choix du thème des accidents de la voie publique pour ces journées médicales « découle d’un souci de sensibilisation du public à l’extrême gravité du phénomène qui constitue l’une des principales causes de mortalité au Maroc ». »L’hécatombe des accidents de la route est un problème crucial aux impacts négatifs sur les plans social, économique et médical », a-t-il affirmé, soulignant que « les espoirs demeurent fondés sur le changement des comportements et des mentalités des conducteurs et sur le respect du Code de la route pour la diminution de l’acuité du fléau ».S’inscrivant dans le cadre de la formation continue des médecins, ces journées médicales ont été axées sur des thèmes relatifs au profil des accidents de la voie publique à Taza, à la stratégie nationale de SAMU (Service d’aide médicale d’urgence) au Maroc et à la prise en charge médicale d’un accidenté de la voie publique.

La maternité sans risques, l’approche médicale du patient âgé en gériatrie, la lithiase rénale et diététique, les médicaments génériques au Maroc et les erreurs médicamenteuses ont constitué aussi des thèmes de débats de ces journées initiées avec le soutien de la délégation provinciale du ministère de la Santé.

AUTHOR: maitre
No Comments

Leave a Comment

Your email address will not be published.